Retour au portail aquitanis.fr

RSE Axe 3 Bien-être et
considération
des habitants

Grand Parc : présentation du programme GHI

Vincent Feltesse, président de la Communauté urbaine de Bordeaux, Conchita Lacuey, députée maire de Floirac et présidente d'aquitanis, Anne-Marie Cazalet, maire de quartier, ainsi que Chantal Bourragué, députée de la 1ère circonscription de la Gironde ont visité le 24 novembre dernier l’un des 530 logements des résidences Gounod, Haendel et Ingres qui seront « métamorphosés » par aquitanis - avec le soutien financier de La Cub - dans le cadre d’une opération de réhabilitation unique par son ampleur.

Rénover, agrandir, isoler et profiter de l'ensoleillement des façades bien exposées est le principe proposé par l’architecte Jean-Philippe Vassal pour la réhabilitation des 530 logements des résidences Gounod, Haendel et Ingres (G, H, I) dans le quartier du Grand Parc à Bordeaux. Cette première étape d'un programme de réhabilitation de plus de 2 300 logements dans ce secteur a été présentée en détail le 24 novembre dernier lors d'une visite d'appartement sur le site à laquelle ont participé Vincent Feltesse, président de la Communauté urbaine de Bordeaux, Conchita Lacuey, députée maire de Floirac et présidente d'aquitanis, Anne-Marie Cazalet, maire de quartier, et Chantal Bourragué, députée de la 1ère circonscription de la Gironde.

 

 

« C'est un projet qui s'inscrit dans la continuité de ceux qui sont en cours à Paris et à Saint-Nazaire. Et à l'échelle du logement, c'est une première en Aquitaine, unique par son ampleur », a expliqué aux élus Jean-Philippe Vassal chargé par aquitanis du « programme GHI » (Génération d'habitat innovant) et par ailleurs membre d'une des 5 équipes d'architectes mobilisées dans le projet « 50 000 logements autour des transports publics ».

 

L'architecte Jean-Philippe Vassal, de Lacaton & Vassal architectes, chargé du "programme GHI"

 

« A partir d'un logement  qui pose problème, on tire profit de l'existant par une transformation généreuse » a-t-il expliqué. « En ajoutant 3,50 m supplémentaires au-delà du mur de façade, un appartement devient une villa en ville, un espace de liberté en plus. Un logement supérieur au logement standard à un prix moitié moindre que du neuf ».

Au-delà de son parti-pris innovant et ambitieux, cette opération illustre l'accord entre La Cub et aquitanis acté par une Convention de programmation signée en 2011 qui prévoit l'accompagnement financier de la Communauté urbaine de Bordeaux pour le développement de l’offre nouvelle de son Office public de l’habitat (850 logements construits chaque année) et les programmes de réhabilitation du patrimoine existant (plus de 2 300 logements jusqu’en 2017). Le coût de la présente opération estimé à 28 millions d’euros, est financé par un prêt (21,6 M€) et des fonds propres (3,2 M€) d’aquitanis, une subvention de La Cub (3,2 M€) et une aide du Conseil Régional d'Aquitaine (0,8 M€).

 

De gauche à droite : Anne-Marie Cazalet, maire de quartier, Chantal Bourragué, députée de la 1ère circonscription de la Gironde, Conchita Lacuey, députée maire de Floirac et présidente d'aquitanis, Vincent Feltesse, président de la Communauté urbaine de Bordeaux et Bernard Blanc, Directeur général d'aquitanis

 

« À l'ère du plus cher, du plus petit et du plus loin, il s’agit de construire conformément à une autre manière de faire la ville et remettre les gens au coeur du logement » a déclaré Vincent Feltesse au cours de la visite. A travers ce projet, aquitanis montre l’exemple d’une transformation pertinente et économe qui prévoit le maintient sur site des habitants pendant les travaux, ces derniers devenant ainsi les acteurs de cette métamorphose ».

 


(mis à jour le 25 novembre 2011)

Partager

  • facebook
  • twitter
  • linkedin
  • googleplus
  •