Retour au portail aquitanis.fr

RSE Axe 3 Bien-être et
considération
des habitants

Une mise en récit signée Edouardo Souto de Moura !

Quel bonheur que d’accueillir dans son patrimoine un bâtiment signé par Eduardo Souto de Moura, architecte portugais reconnu pour son œuvre par un Pritzker Prize en 2011 (le prix Nobel de l’architecture). Selon l’architecte, ce prix récompense « une formation qui défend une architecture anonyme, bien faite mais anonyme, une architecture simple, objective et peu narrative ». Effectivement, E.S de Moura est à mille lieues, avec ce bâtiment, de toute architecture communicante !

Eduardo Souto de Moura fut le président de la biennale d’architecture Agora en 2014 qui discerna trois prix d’architecture à aquitanis. Et nous garderons en mémoire, et en photo, son regard bienveillant sur notre opération E’Chop (architecture simple, objective) réalisée avec Atelier provisoire à la Benauge.

Avec cette nouvelle résidence, Lago, il nous a rarement été donné d’avoir des entrées d’immeubles (quelle banalité) si parfaitement dessinées, dans une épure, une radicalité toute cistercienne où les pleins et les vides n’existent que par la lumière. Naturelle bien sûr avec un mur vitré, mais aussi électrique bien sûr. Et l’architecte nous donne à rêver avec ce qu’il y a de plus trivial : un néon ! L’opération a été conçue en partant de l’intérieur des logements par une attention évidente aux usages bien sûr, mais surtout par une attention à la relation entre dedans et dehors. Et ce qui fait le lien entre ces deux espaces, c’est la lumière ! Les très généreuses baies vitrées, omniprésentes dans toutes les pièces, y compris dans les cuisines, cadrent des vues exceptionnelles sur l’éco-quartier et inondent de lumière les moindres recoins des espaces habités. Certains appartements traversant offrent, sur l’espace de vie, des doubles loggias séparées par la cuisine. Dispositif inattendu qui crée une plasticité étonnante dans l’art d’agencer les espaces pour les occupants des lieux.

Lago offre une écriture « simple, objective » sans conteste mais qu’il me soit permis de revenir sur le « peu narratif ». Lago procède à une « mise en intrigue » du site de GINKO avec son environnement  car il réagence les éléments déjà construits de manière active. Qu’il s’agisse de ceux, livrés récemment, de l’éco-quartier et aussi, mais surtout, de ceux des deux premières clairières livrées dans les années 60 : celles des Aubiers et du Lauzun. La narration nous libère du temps vif et contraignant de l’expérience présente. Elle unifie en un tout cohérent ce que tant d’années éloignent. Lago dans sa dimension narrative fait un système intelligible des signes épars dans la longue durée. La cohérence du sens prévaut ainsi sur la rupture de la cohérence chronologique. Elle confère à ce nouveau quartier Ginko son statut de nouvelle « clairière » en posant clairement, simplement, avec évidence les termes du dialogue entre ces mondes que tout sépare semble-t-il. Lago reconstruit le récit entre deux aventures urbaines, deux aventures humaines que 50 ans séparent : celle d’un grand quartier de la période Moderne et celle d’un éco-quartier de la période contemporaine.

Photos : Jean-Christophe Garcia

 

aquitanis a enrichi son patrimoine de 28 logements sociaux où la lumière est reine dans le très beau bâtiment Lago de l'architecte Edouardo Souto de Moura (Pritzker Price 2011) dans le quartier Ginko à Bordeaux Lac (Aménageur et Maître d'ouvrage : Bouygues Immobilier).
 

 


(mis à jour le 20 mai 2015)

Partager

  • facebook
  • twitter
  • linkedin
  • googleplus
  •