Retour au portail aquitanis.fr

Beutre

Cité en transition

Réhabilitation durable d'une ancienne cité d'urgence

Mérignac

A Beutre, architectes, urbanistes, paysagistes et équipes d’Aquitanis se sont appliqués à poser avec les habitants des principes d’action sincères et à placer ainsi le projet de requalification de ce quartier de Mérignac sous des auspices favorables à l’expérimentation de pratiques architecturales, environnementales et culturelles vertueuses.

En substrat, l’attachement à un lieu « à part » A Mérignac, le hameau de Beutre est enclavé entre deux axes routiers importants. Entouré de vastes espaces boisés, il a un caractère arboré qualitatif. Ce quartier voit depuis quelques années de nombreux projets immobiliers se concrétiser aux alentours. Ce phénomène accentue d’autant plus les disparités entre l’offre nouvelle d’habitations et celle existante. Le parc de logements locatifs sociaux in situ est partagé entre deux organismes de logement social : 45 maisons pour Aquitanis et de 48 maisons pour Logévie. Ces patrimoines sont similaires tant sur le plan du peuplement que sur l’état global du bâti. Les habitations sont des maisons groupées construites entre les années 1968 et 1970 pour loger des travailleurs migrants et assurer la dernière phase de relogement liée à l’aménagement de la cité administrative de Mériadeck. D’abord conçu comme provisoire « cité de transit » ou « cité d’urgence », le patrimoine s’est au fil du temps pérennisé sans pour autant faire l’objet d’une programmation de travaux permettant de moderniser ces logements extrêmement rudimentaires. Depuis leur installation, les familles ont réalisé de nombreux et divers travaux qui témoignent aujourd’hui de leur très forte appropriation des lieux. Il a été envisagé pendant un temps de procéder à une opération de démolition-reconstruction, compte tenu de la vétusté avancée du patrimoine. Mais l’analyse des éléments de contexte, les visites sur site, la rencontre avec les habitants ont amené à pousser les réflexions et à mettre en avant une approche différente. Celle de considérer « Beutre » en tant que patrimoine humain, l’aboutissement d’une collection de vies et d’histoires ayant fortement contribué à la création d’une identité singulière qui ne peut pas être ignorée.

Une première opération de sécurisation électrique a été réalisée courant 2019 : réfection des tableaux électriques et installation de radians (certains logements ne disposant d’aucun système de chauffage). Ces travaux indispensables à la sécurité et au confort minimal des habitants a permis, au cours de la phase d’étude notamment, de rouvrir le dialogue et de recréer du lien avec les habitants. En parallèle, une équipe de maitrise d’œuvre urbaine, architecturale, paysagère et sociale a été désignée pour mener un projet de réhabilitation du patrimoine bâti et des espaces extérieurs de plus grande envergure.

 

Considération et échange au service d’un processus d’acculturation réciproque Ainsi, l’équipe composée de Christophe Hutin Architecture (mandataire), Cyrille Marlin paysagiste et O+ Urbanistes a été retenue et présentée en réunion publique aux habitants le 22 mai 2019. Sa méthodologie privilégie l’immersion afin de favoriser les échanges et de permettre une compréhension fine des situations de chacun d’entre eux. Elle s’est donc installée dans une maison vacante et a commencé sa mission en établissant un relevé exhaustif et réel des modes de vie, des travaux déjà réalisés, des besoins et des attentes. Afin de les éclairer sur les possibilités qu’ouvre ce projet de réhabilitation, des habitants, accompagnés par Alain Anziani, maire de Mérignac et des représentants de la ville, sont venus le 2 juillet 2019 visiter la cité Claveau (Bordeaux) en cours de requalification. Ils ont découvert la Base vie de Claveau (lieu ressource pour les chantiers d’autoréhabilitation et la vie du quartier), visité une maison témoin, ainsi que l’extension réalisée par une locataire dans laquelle elle expose ses œuvres. Ce « voyage d’étude » les a également amenés à PLATAU (Pôle local d’animations et de transitions par l’agriculture urbaine) où ils ont rencontré des porteurs de projets (Les Chais du Port de la Lune, Clav’O Champignons, Tous aux abris! et Place aux jardins) et dégusté leur production. Ce temps d’échanges et de partage d’expériences entre les habitants de ces deux résidences a eu un fort succès. Il a permis à chacun de mieux comprendre les intentions d’Aquitanis et de mettre au cœur des conversations la thématique de la nature en ville.

Des premières rencontres fertiles L’agriculture urbaine s’affirme aussi comme un axe de projet à Beutre, et par là la régénération d’un lien nourricier, notamment, avec l’environnement naturel. Courant juillet 2019, l’équipe de maîtrise d’œuvre a convié Jean-Marie Lespinasse (ancien chercheur à l’INRA - Institut national de la recherche agronomique) pour présenter aux habitants ses techniques culturales sans engrais chimique et sans pesticide. Puis, elle a proposé aux habitants de mettre en pratique ses enseignements en aménageant un ensemble de jardinières sur le devant des maisons. L’expert a également animé un débat public in situ courant septembre pour exposer plus largement sa méthode.

Dans la continuité de cette approche, en novembre 2019, une exploration des sols a été engagée avec la venue d’Emmanuel Bourguignon (spécialiste en pédologie). Il a pu partager avec les équipes mobilisées par ce projet et les habitants, une première analyse en se basant sur l’observation de plusieurs sites de prélèvements. Des analyses plus approfondies ont ensuite été réalisées. Les conclusions de cette étude agronomique et pédologique des sols de Beutre sont intégrées à la définition des orientations du projet en matière d’aménagement du site, de végétalisation des espaces, des usages à développer, et surtout, à la mise en valeur de ce sol de manière durable et respectueuse de l’environnement.

L’année 2019 a été riche à Beutre, qui voit son projet s’étendre au territoire des maisons de Logévie. En effet, l’hypothèse de rachat du patrimoine de cet organisme du logement social s’est officiellement concrétisée à la fin de l’année 2019. Aquitanis assure depuis le 1er janvier 2020 la gestion de ce patrimoine et élargit sa démarche de requalification aux 93 pavillons

Le travail qu’il mène avec son équipe à Beutre compte parmi les projets présentés par Christophe Hutin au Pavillon français dans le cadre de son exposition « Les communautés à l’œuvre », à l’occasion de la Biennale d’architecture de Venise en 2021.

 

 

voir sur la carte

Partager

  • facebook
  • twitter
  • linkedin
  • googleplus
  •