/ Le renouveau de Paul-Boncour - aquitaniSphere

Retour au portail aquitanis.fr

RSE Axe 4 Dynamique des territoires et respect de l'environnement

Le renouveau de Paul-Boncour

Des logements vertueux vont voir le jour sur l’emplacement de l’ancienne Cité d’habitat social Paul-Boncour à Bordeaux-Bastide. Dernière étape d’un projet de requalification du site engagé en 2015 par aquitanis.

Dans le cadre de la requalification de l’ancienne Cité Paul-Boncour - construite entre 1929 et 1931 par son « ancêtre », l’Office public d’habitations à bon marché de la Ville Bordeaux -, aquitanis vient de lancer le chantier d’une nouvelle opération de 49 logements locatifs sociaux dans le quartier de la Bastide à Bordeaux. Le programme, dont la livraison est prévue pour le début 2026, viendra compléter une première tranche de 41 logements locatifs sociaux (la résidence Paul-Boncour), ainsi qu’un ensemble de 12 logements participatifs en accession sociale (Bon Pati, opération portée par Axanis), tous deux réalisés sur ce site historique en 2022.

Résidence Paul-Boncour (1ère tranche - 2022)

Issu d’un processus de concertation - initié en 2015 par l’architecte-urbaniste Philippe Madec avec le lancement du projet participatif Paul-BONcour consacré à la requalification du site - , ce nouveau programme s’inscrit dans un contexte actuel marqué par des enjeux globaux (dérèglement éner­gétique, changement climatique, raréfaction des res­sources disponibles) et locaux (gestion des eaux plu­viales et d’inondation et des sols pollués, implication des habitants et des riverains dans la conception). A partir d’une approche bioclimatique, l’atelier Philippe Madec (apm) & associés, maître d’œuvre de l’opération*, a mis au point une enveloppe de qualité, en employant des matériaux garantissant une faible empreinte environnementale, une bonne durée de vie, mais aussi un bon niveau d'isolation. Cette ultime phase du projet Paul-BONcour se caractérise, entre autres, par l’utilisation du bois (murs à ossature bois, balcons bois et laine de bois en matériaux d’isolation par l’extérieur).Les logements font preuve d'une grande qualité d'usage : ils sont tous traversants ou doublement orien­tés, ce qui permet, en complément de l’inertie accessible du bâtiment, d'assurer le confort d'été de manière pas­sive. En outre, les menuiseries extérieures sont équipées de brise-soleil orientables combinant protection solaire et aération des logements.

Pour aller au-delà de la réglementation, aquitanis et la maîtrise d’œuvre souhaitent expérimenter dans le cadre de cette opération, un bâtiment en ventilation naturelle « just-tech » (le bâti­ment F qui sera ainsi dépourvu de VMC). L’objectif étant d’anticiper un concept de bâtiment frugal, adapté au contexte énergétique et climatique d’un futur aujourd’hui très proche. Les de­mandes de dérogations relatives à cette expérimenta­tion sont en cours.

Ce projet innovant bénéficie du soutien financier de Bordeaux Mé­tropole, de la Ville de Bordeaux, du Conseil Départemental de la Gironde, de l’État - dont France Nation Verte (Le Fonds vert) pour la dépol­lution et la remise en état du site -, de la Banque des Ter­ritoires et d’Action Logement.

EN CHIFFRESTypologie : 2 T1, 12 T2, 20 T3, 10 T4, 5 T5

Montant de l’opération : 14,2 M€

Emprunts Banque des Territoires : 5 793 003 € et Action Logement : 72 000 €

Subventions Bordeaux Métropole : 944 700 €, Fonds Vert : 523 038 €, Ville de Bordeaux : 245 000 €, État : 172 000 €, Action Logement : 110 500 €, Conseil Départemental de la Gironde : 51 000 €

Fonds propres aquitanis : 6 288 759 €

 

La dernière tranche d’un BON projetCette opération voit le jour sur le site de l’une des premières réalisations de l’OPHBM de la Ville de Bor­deaux - « l’ancêtre » d’aquitanis - à savoir, la Cité Paul-Boncour à Bordeaux-Bastide. Edi­fiée entre 1929 et 1931 sous la conduite de l’architecte Jacques Boistel d’Welles, cette cette-jardin comportait des maisons de ville - inspirées du modèle des échoppes - et des logements collectifs à coût maîtrisé, le tout ordonnan­cé de façon aérée. L'état de vétusté généralisé de ce secteur à l’écart des dynamiques urbaines a conduit les pouvoirs publics à procéder, dès le début des années 1980, au renouvelle­ment du foncier par des démolitions et une densification, avec la construction de nouveaux logements (résidence Paul-Bauer en 1983, pavillons en 1991, résidence Les Bastidiennes en 2002…). En 2015, aquitanis avec le concours de l’architecte Philippe Madec, a lancé la dernière étape de requalification et de redensification de ce secteur en élaborant un programme prévi­sionnel de 120 logements répartis en plusieurs tranches. C’est le Projet Paul-BONcour, démarche collaborative de co-construction réunissant habitants, riverains, acteurs du quartier et équipes de maîtrise d'œuvre et de maîtrise d'ouvrage.

 

* Rappelons que Philippe Madec est le fondateur avec Dominique Gauzin-Müller (architecte-chercheure) et Alain Bornarel (ingénieur), du Mouvement pour une Frugalité heureuse et créative qui s’est construit autour du manifeste du même nom lancé le 18 janvier 2018. Reconnaissant « la lourde part des bâtisseurs » dans les désastres en cours (dérèglements de tous ordres, raréfaction des ressources…), ce manifeste appelle à développer des établissements humains frugaux en énergie, en matière et en technicité, créatifs et heureux pour la Terre et l’ensemble de ses habitants, humains et non-humains.


(mis à jour le 23 mai 2024)

Partager

  • facebook
  • linkedin
  • googleplus
  •