Aquitanisphère, l'urbanité, notre bien commun.

Retour au portail aquitanis.fr

RSE Axe 3 Bien-être et
considération
des habitants

L'habitat participatif pour tous

La participation citoyenne ou démocratie participative, maître mot de notre société, offre une définition fluctuante selon les contextes et les interlocuteurs. Présentation collective d’un projet avec droit de question, démarche d’écoute et de consultation, processus de concertation… Elle est protéiforme et relève d’intentions contrastées, de l’instrumentation à la figure imposée sans fondement en passant par la volonté d’associer pleinement les citoyens à la construction de l’action publique.

Quand l’habitant prend sa part…

Participation : du latin « particeps » signifiant « qui prend part ».

Devenue incontournable des projets urbains, elle trouve une nouvelle expression dans l’habitat avec des projets qui replacent l’habitant à la base et au coeur du projet. Notre territoire, avec notamment l’action d’axanis, notre filiale dédiée à l’accession sociale, voit se multiplier les projets d’habitat participatif et c’est tant mieux.

Mais n’est-ce pas possible d’aller plus loin ? D’intégrer la participation des habitants dans l’ensemble de notre champ d’action, celui de l’habitat social ?

 

La compétence habitante

Concevoir l’habitat avec ceux qui vont y vivre représente une manière de reprendre le contrôle sur sa fabrication au-delà de la contribution des seuls « experts professionnels » : le politique, l’urbaniste, l’architecte, le promoteur, le bailleur, le constructeur.

En impliquant dans les projets les habitants, on intègre les « experts du quotidien », ceux qui possèdent une compétence exclusive : celle de la pratique permettant d’être légitime sur ce qui « à l’usage » s’avère le plus judicieux.

L’habitat participatif tel qu’il est consacré par la Loi ALUR du 24 mars 2014 au travers des projets de co-habitat en accession sociale à la propriété ou de coopérative d’habitants, incarne pleinement cette dimension et offre une lecture renouvelée du bien vivre ensemble. Il permet aux habitants d’un groupe constitué de fabriquer leur logement tout en donnant un sens élargi à leur projet en inventant de nouveaux usages ou services partagés, favorisant le lien social et un habitat éco-responsable. Le projet de la Ruche à Bègles mené avec axanis en est une parfaite illustration.

Cette compétence habitante ne doit pourtant pas être l’apanage des seuls citoyens avertis possédant le bagage comme le loisir de s’engager spontanément dans des démarches à haute teneur participative.

En tant qu’acteur de l’habitat, la posture d’aquitanis est d’avancer dans une approche ouverte d’écologie citoyenne qui permette à toutes les parties prenantes d’un projet, futurs habitants compris, de participer, d’être force de proposition.

De part notre mission de bailleur social, nous nous devons de proposer des terrains d’expression au plus grand nombre, c’est-à-dire à ceux qui sont locataires de logements sociaux.

Mais pour cela, il nous faut faire un pas de côté et faire vivre la notion d’habitat participatif au-delà de son acception habituelle.

 

Des éco-systèmes coopératifs de production

Nous faisons confiance en l’« homme capable », celui qui peut faire sa part avec son bagage
« ordinaire » d’habitant en puisant dans ses expériences et ses références personnelles.

Selon ce que permettent les projets d’habitats, neufs ou de régénération de patrimoine ancien, le curseur de la participation ne se situe pas au même niveau : association à toutes les phases depuis la définition du projet jusqu’à sa mise en place (Locus Solus), appropriation de la configuration du logement et espaces partagés (VIM, BEN) ou auto-réhabilitation (Claveau).

Et s’il ne s’agit pas ici d’un groupe d’habitants spontanément mobilisé autour d’intérêts partagés comme dans les coopératives d’habitants, il n’en demeure pas moins que l’expérience commune qu’ont les habitants impliqués lors de la conduite du projet permet de forger un collectif, chacun se reconnaissant mutuellement et s’identifiant comme un groupe. À chaque fois, l’on se situe bien dans une production coopérative d’éco-système !

Coopérer ne veut pas cependant dire supporter un coût supplémentaire pour configurer son logement à ses usages. L’économie globale de chaque projet intègre le coût des mètres linéaires de cloison quel que soit le type de chaque logement : T2-T3…

La prise en compte de la compétence habitante participe du développement durable non seulement par la réponse donnée à l’aspiration sociale d’expression et de reconnaissance, mais aussi par l’assurance d’une appropriation de l’habitat par ceux qui y vivent, gage de respect du voisinage comme du bâti.

 

5 projets participatifs, 323 familles, le coeur et la main à l’ouvrage :

Locus Solus - Bordeaux Grand Parc (46 logements),

La Ruche - Bègles (11 logements),

VIM - Bordeaux Bastide (14 logements),

Claveau - Bordeaux Bacalan (243 logements),

BEN - Pessac (9 logements).

 

Télécharger la plaquette Habitat participatif pour tous / Collection aspiration du territoire :


(mis à jour le 05 mai 2015)

Partager

  • facebook
  • twitter
  • linkedin
  • googleplus
  •