Aquitanisphère, l'urbanité, notre bien commun.

Retour au portail aquitanis.fr

RSE Axe 3 Bien-être et
considération
des habitants

Locus Solus, habitat participatif locatif

Comment concevoir et produire un habitat collectif locatif qui répond aux attentes de ses futurs occupants et aux enjeux environnementaux du territoire ? Aquitanis, Office public de l’habitat de la Communauté urbaine de Bordeaux, tente d’apporter une solution à cette question et lance Locus Solus dans le quartier du Grand Parc à Bordeaux, un projet d’habitat participatif locatif pas comme les autres. Ce dernier donne en effet la place centrale aux futurs locataires qui deviennent, dès le départ, acteurs du projet en association avec les équipes de gestion, de la production et de la maîtrise d’œuvre.

 

Le Grand Parc est un quartier d’habitat social collectif des années 1950/1970 constitué de 4 000 logements* dont l’image est marquée par une architecture vieillissante constituée de barres et de tours. Pourtant, celui-ci est situé au cœur de la ville de Bordeaux, à 800 mètres du centre ville et dans le périmètre classé par l’Unesco. Il est fortement doté en équipements de proximité (Mairie de quartier, piscine, bibliothèque, centre social, salle des fêtes…), activités (rectorat, CPAM) et en commerces et services (agence postale, moyenne surface et commerces de proximité : pharmacie, presse, boulangerie…) et bénéficie de plus de 10 hectares d’espaces verts.

Des actions de requalification structurantes ont été entreprises ces dernières années : un projet urbain ambitieux porté par la Ville de Bordeaux visant notamment à restructurer et valoriser le Parc et la desserte du quartier par le tramway. Aquitanis est partie prenante de ce projet d’ensemble avec la régénération et la restructuration lourde des 2 300 logements dont il est propriétaire et la réalisation d’opérations de densification.

Le choix d’aquitanis n’est pas fortuit d’y mener une expérimentation de densification d’un genre nouveau, un immeuble d’une quarantaine de logements co-conçus avec ses futurs locataires.

Pour cela, quelques règles ont été posées d’emblée :

• une structure simple, élémentaire et donc économique pour gagner des mètres carrés supplémentaires,

• un bâtiment bio-climatique « low-tech »,

• des dispositifs spatiaux favorisant la rencontre, les échanges, « l’en-commun » : coursives, pièce commune avec cuisine...,

• un respect de l’intimité de chacun,

• une «ferme urbaine» pour produire ensemble des fruits et des légumes.

 

 

Réunion de présentation du projet avec les habitants - agence aquitanis Grand Parc

 

Dans ce projet d’habitat participatif, les futurs habitants jouent le rôle principal. Acteurs et co-constructeurs du projet, une fois ces derniers embarqués dans l’aventure, aquitanis a mis en place des moyens favorisants l’échange et la rencontre au sein du groupe constitué.

Entre juillet et décembre 2014, quinze séances de travail ont été organisées et animées par aquitanis pour favoriser la montée en compétence des locataires (connaissance du site, approche architecturale, enjeux du développement durable et notamment de la production agricole urbaine), leur participation active dans le projet et la convivialité. Chaque séquence rassemblait le groupe d’habitants, les architectes d’Eo « toutes architecture », Siegrid Péré-Lahaille et Antoine Carde, Estelle Durand, monteuse d’opération d’aquitanis et Aurélie De Domingo, responsable de secteur de l’agence aquitanis du Grand Parc.

Les séquences de travail ont pris des formes différentes :

- réunions plénières qui permettent un échange d’informations communes sur le projet,

- visites de sites : Parc Rivière, Cité Tores, Oréa, Saint-Nazaire…

- ateliers thématiques : « mise en place d’un poulailler », « toilettes sèches » et « aires de jeux pour enfants ». Ces ateliers permettent aux habitants de réfléchir ensemble et de se positionner sur d’éventuels aménagements et équipements qu’ils souhaiteraient dans leur propre projet.

 

 

 

Atelier thématique autour des jardins partagés

Chaque séquence était animée par Christophe Beurois, le médiateur mandaté par aquitanis. Pour aider à concevoir et mettre en œuvre ce projet, aquitanis a en effet fait appel à ce spécialiste de l’animation de projet participatif car « Il y a un langage commun à construire pour se comprendre » précise Claire Gelain, chargée de mission performance RSE d’aquitanis.

D’autre part, à ces réunions de travail en groupe, s’ajoutent les entretiens individuels entre chaque foyer et les architectes.  Deux rencontres par foyer ont déjà eu lieu, d’autres sont à prévoir par la suite. Lors du premier entretien, les architectes ont proposé un catalogue de logements en fonction des typologies de logement requises par foyer. Chaque famille a pu ainsi se positionner et émettre son avis  sur l’agencement, la dimension des pièces, l’orientation des fenêtres…

Si Locus Solus est une opération de 40 logements, à ce jour 19 foyers participent au projet. Sur ces 19 engagés, 12 sont déjà locataires d’aquitanis au Grand Parc et se sont portés volontaires, suite à une campagne d’affichages dans les halls des immeubles, pour être parties prenantes de cette expérimentation. Les autres participants sont arrivés par d’autres réseaux de locataires. Au fur et à mesure de l’avancement, de nouveaux locataires frappent à la porte d’aquitanis pour y prendre part. Le mode d’intégration des nouveaux participants reste à déterminer et les gestionnaires réfléchissent à la façon la plus pertinente de traiter ces nouvelles demandes afin d’éviter de créer un déséquilibre dans le groupe constitué qui continue de trouver ses marques et de permettre une dynamique d’ensemble.

Le projet étant encore en phase de conception, la vie future de l’immeuble et sa gestion sont également en cours de réflexion. Les modalités de gestion ne seront définies que dans une phase ultérieure.

Dans ce projet d’habitat participatif locatif expérimental, la chaîne de production est bouleversée. En effet, le locataire et les gestionnaires du site sont présents dès le démarrage du projet et participent à sa conception. Avec les architectes, ils s’engagent dans un dialogue tripartite déterminant pour sa réussite. Enfin, les ateliers thématiques ont permis de mobiliser d’autres collaborateurs d’aquitanis qui n’interviennent habituellement pas à ce stade de conception.

Le démarrage des travaux est prévu en mai 2015. L’opération devrait être livrée en 2017.  Quelques adaptations locales sont encore à discuter avec l’Etat et les partenaires locaux.

Après un an de travail, aquitanis démarre un premier travail de relecture pour capitaliser sur son expérience tout en restant dans l’action et la mise en œuvre. Locus Solus est une expérimentation d’aquitanis et l’identification des freins repérés au fur et à mesure du déroulement du projet permettront de passer de l’expérimentation à l’innovation.

 

 

 

Visite de logement à Saint-Nazaire

 

 

A VOIR :

- les photos de la séance de travail avec les habitants du 16 décembre 2014

- le reportage vidéo de la séance de travail avec les habitants du 16 décembre 2014

 

CONTACTS AQUITANIS :

Claire Gelain, chargée de mission RSE - 05.56.11.17.18 - c.gelain@aquitanis.fr

Aurélie de Domingo, responsable de secteur - 05.56.11.21.71 - a.dedomingo@aquitanis.fr

* Aquitanis est propriétaire de 2 300 logements locatifs sociaux sur le quartier

 

 

 

 


(mis à jour le 17 novembre 2014)

Partager

  • facebook
  • twitter
  • linkedin
  • googleplus
  •